La Puissance d’une Pensée Renouvelée

Des semaines avant que nous de débutions le CITH ( l’église dans les maisons), j’avais certains symptômes dans mon corps qui plus tard se sont avérés être ceux de la pandémie. Pendant cette période, l’homme de Dieu nous avait demandé de prier avec le Psaume 91 trois fois par jour. C’était la période du jeûne pascal.
Un jour, je me suis mise à méditer sur les paroles dudit psaume et comment il s’applique à moi dans cette circonstance. Le psaume disait, aucun malheur ne s’approchera de ta demeure. J’avoue que je commençais déjà à entretenir quelques pensées de peur. Mais après avoir réalisé que Dieu ne disait pas dans ce psaume que, j’aurai les symptômes et je les surmonterai par Sa guérison ! Il disait plutôt que je ne serai pas touchée par la maladie. Immédiatement, j’ai ajusté ma pensée à cette réalité et tout est rentré dans l’ordre. Je ne suis pas supposée être touchée.
Au tout début de nos rassemblements dans les maisons, l’homme de Dieu a donné une exhortation mettant l’emphase sur la préservation dont nous bénéficions en Christ. Il disait que, nous sommes toujours victorieux en absolument toutes circonstances. À tout points, au delà et par dessus tout, et d’une manière écrasante. Même si nous nous trouvons à l’épicentre de la pandémie, nous ne pouvons être atteints. Nous sommes hors de la portée des assauts de la mort. Ces paroles ont bâti en moi une assurance inébranlable. Je suis entrée dans un repos imperturbable sachant que je peux continuer à entreprendre mes activités quotidiennes, en respectant la distanciation sociale imposée à tous, mais sans toutefois craindre un éventuel risque de contamination. Une fois que ces paroles ont trouvé du repos en moi, ma pensée a été réorientée sur qui j’ai été fait en Christ et le type de vie qui coule en moi.

Je suis sans voix au regard de cette révélation qui est si vivante et expérimentale. Je suis infiniment reconnaissante au Seigneur de m’avoir donné des parents spirituels aussi dévoués à sa cause, à nous.
Merci pour la constance dont vous faites preuve dans le fait de veiller dilligement sur nos âmes.

Merci Abba Père!

Carole
Douala